top of page
  • Photo du rédacteurAlexandre Blazik

Logiciels Gratuits versus Payants


Dans l'univers des achats, les licences logicielles occupent désormais une place prépondérante. Les entreprises doivent fréquemment faire un choix déterminant entre opter pour des licences gratuites ou investir dans des licences payantes.


Cet article se propose de contrecarrer certaines idées préconçues en exposant les limites et les risques liés à l'utilisation de licences gratuites, tout en mettant en avant les bénéfices des licences payantes pour les entreprises.


Il convient de souligner que mon expérience personnelle avec des licences prétendument gratuites a été particulièrement négative. En effet, lors de l'implémentation d'une licence Java gratuite pour les développeurs dans des produits industriels, j'ai découvert que les licences distribuées étaient en réalité payantes. En conséquence, j'ai dû négocier avec Oracle des pénalités de plusieurs millions d'euros !


Catégories de licences logicielles


Pour mieux appréhender les enjeux, il est nécessaire de passer en revue les différentes catégories de licences gratuites.


Sans entrer dans les détails des contrats spécifiques :

  • Open-source : Ces licences offrent un accès, une modification et une redistribution du code source du logiciel, favorisant la collaboration et la transparence.

  • Freeware : Il s'agit de logiciels entièrement gratuits, sans restriction d'utilisation ou de redistribution. Toutefois, le code source n'est généralement pas accessible et les droits d'auteur demeurent la propriété du créateur du logiciel.

  • Shareware (version d'essai) : Ces logiciels sont disponibles gratuitement pendant une période d'essai limitée, après quoi les utilisateurs doivent acheter une licence pour continuer à les utiliser.

En revanche, les licences payantes ou propriétaires signifient que le code source du logiciel appartient exclusivement à l'éditeur, qui en contrôle l'accès et la distribution. Les utilisateurs doivent acheter une licence pour utiliser le logiciel.


Les limites des licences logicielles gratuites


Le support technique pour les logiciels gratuits peut être lent, car les développeurs et éditeurs de logiciels gratuits ne disposent généralement pas des ressources nécessaires pour fournir un support rapide et efficace ou au contraire en cas de besoin pourront les facturer au prix fort.

De plus, la qualité du support technique peut être aléatoire, car il n'existe généralement pas d'engagement contractuel sur les niveaux de service et celle-ci peut être dépendante de la communauté.

Il n’y a généralement aucune garantie en termes de fonctionnalités, de stabilité et de performance, ce qui peut entraîner des problèmes pour les entreprises qui comptent sur ces solutions.

Et surtout les éditeurs de logiciels gratuits ou la communauté limitent souvent leur responsabilité en cas de problèmes ou de dysfonctionnements, ce qui signifie que les entreprises utilisant ces logiciels pourraient faire face à des problèmes juridiques sans avoir la possibilité de se retourner vers un éditeur.

Ceci implique qu’elles doivent souvent assumer la maintenance et les adaptations du logiciel, ce qui peut représenter un coût caché important en termes de temps et de ressources humaines et encore faut-il en avoir les compétences.

Et j’ajouterai que tout ceci peut affecter la confiance des clients et des partenaires.


Les risques juridiques


Les entreprises qui utilisent des logiciels gratuits peuvent ne pas être conscientes des restrictions d'utilisation qui s'appliquent à certains logiciels, ce qui peut entraîner des violations involontaires des conditions d'utilisation, ce qui comme dans mon expérience peut vous amener à payer des millions d’euros à postériori.

Les licences open-source peuvent également imposer des obligations de partage des modifications apportées au code source, ce qui peut être contraignant si vous souhaitez garder des développements propriétaires et secret car publier c’est transmettre à la communauté une partie de son savoir-faire.

En raison de la nature moins contrôlée et moins sécurisée de ces solutions basées sur des logiciels gratuits, vous devez particulièrement faire attention au respect de la conformité avec des réglementations telles que le RGPD par exemple.

Leur utilisation peut également rendre difficile le contrôle de l'origine du code, ce qui implique des problèmes potentiels de conformité avec les réglementations d'exportation et d'importation, ce qui peut avoir de lourdes conséquences.


Les avantages des licences logicielles payantes pour les entreprises


Les éditeurs de logiciels payants offrent généralement un support technique dédié, ce qui permet aux entreprises de bénéficier d'une assistance rapide et fiable en cas de problème avec des niveaux de service définis, ce qui garantit un certain niveau de performance et de fiabilité aux entreprises utilisatrices.

Les éditeurs de logiciels payants investissent généralement davantage dans la sécurité et la correction des vulnérabilités, offrant ainsi une protection renforcée pour les entreprises utilisatrices.


Conclusion


Il est essentiel de bien évaluer les besoins et les ressources nécessaires avant de choisir un type de licence logiciel, afin de s'assurer d'opter pour la solution la plus adaptée à votre situation.

Pour des besoins critiques en termes d’exploitation, il est souvent préférable de se tourner vers un éditeur connu qui pourra apporter des garanties de fonctionnement à la solution choisie et si vous choisissez des logiciels gratuits faites le uniquement après avoir lu et compris les limitations du contrat de licence comme pour tout achat.

18 vues0 commentaire
bottom of page