top of page
  • Photo du rédacteurAlexandre Blazik

Achats : Etre multi-sources. Attention au délai d'activation

Dernière mise à jour : 12 janv. 2023



Pour garantir l'approvisionnement d'un composant critique, on a tendance à se protéger en qualifiant plusieurs sources.

Bonne idée ? Oui à condition de le faire correctement. A défaut cette protection ne pourrait être qu'illusoire. Et encore !


Commençons par nous entendre sur la définition de ce qu'est un achat multi-sources. Cette définition pouvant à mon avis varier dans sa compréhension d'un individu à l'autre.


Pour ma pare, je considère un achats multi sources lorsque une alternative au produit ou au au composant acheté est déjà qualifié et peut être utilisé directement en production en remplacement de l'article initial (Le niveau 6 ci-dessous).


Les niveaux de mise en place d'une multi-sources


Mais étudions qu'elles peuvent être les alternatives à cette définition de la moins restrictive à la plus restrictive :


1 - Une solution alternative est identifiée et on a la certitude qu'elle est utilisable

2 - Elle a été qualifiée et testée

3 - Le produit fini est qualifié et certifié avec la solution alternative

4 - Un processus garantissant la disponibilité sur le marché est mis en place

5 - Elle est prête à être achetée avec un paramétrage dans l'ERP

6 - Elle est prête à être utilisée en production avec des opérateurs formés aux différences

7 - Elle a réellement été utilisée pour la fabrication de pré-série

8 - Elle est régulièrement achetée et utilisée en seconde source

9 - Elle est prête a être achetée en volume avec de la disponibilité avérée


Les coûts


En listant ces contraintes de plus en plus importantes on comprend vite que derrière un achat dit multi-sources se cache différentes réalités et que le niveau de sécurité en cas de rupture d'approvisionnement n'est pas le même.


La contrepartie évidente de l'acceptation de ces contraintes est bien sûr une sécurité accrue mais ceci a un coût croissant.


Il ne suffit donc pas de décider de faire du multi-sources pour se protéger d'une rupture. Il faut la mettre en pace et c'est un vrai projet qui a un coût.


Si vous n'avez pas atteint le niveau 9 dans la classification que j'ai définie (niveau que je n'ai jamais vu appliqué), ne vous croyez pas protégé. Au mieux avec le niveau 8 qui je pense correspond au niveau maximum atteint dans l'industrie vous n'aurez qu'une protection partielle. (En dehors des produits basiques normés, type résistances par exemple)


La mise en place d'un choix de double-sources ou multi-sources à un niveau donné est un arbitrage à faire entre le temps de rupture, les stocks de sécurité à mettre en place et le coût généré par la création d'une double source à un niveau donné.

Je ne fais délibérément pas référence à une politique multi-sources car les éléments du choix sont très dépendant de l'article lui-même que l'on souhaite mettre en double source.

La politique quand à elle impacte un niveau plus global est général. A ce sujet la politique achats qui guidera vos choix de multi-sources sera par exemple une contrainte sur le temps d'arrêt de votre chaine de production que vous êtes prêt à supporter.


Pour définir, quels sont les coûts, il suffit de reprendre les niveaux définis de multi-sources et de chiffrer les coûts associé au passage au niveau supérieur. En les pondérant avec les coûts d'immobilisation d'un stock vous définirez le niveau qu'il faut atteindre dans votre cas précis et vous ferez l'arbitrage avec le temps de rupture que vous êtes prêt à supporter.


Les étapes de la décision


1 Faire un chiffrage estimatif des coûts et du temps nécessaires pour chacune des étapes.

Cette estimation peut être basée sur un retour d'expérience de la mise en place de la source principale.

2 Faire un total cumulatif coût et temps

3 Ajouter le prix d'un stock de sécurité pour couvrir la période indiquée

4 Prendre une décision. Vous avez maintenant les données pour prendre une décision de stockage ou de mise en place du projet de double-sources.


Attention un choix n'exclu pas l'autre. Et c'est toute la complexité du choix qu'il reste à faire.


Le tableau décrit ne pourra être utilisé directement que si vous souhaitez vous protéger d'une rupture temporaire car en cas de rupture définitif tous les coûts permettant de qualifié la nouvelle source devront de tout de manière être dépensés !


Pourquoi ce n'est pas simple


Toute la complexité vient du fait que l'on cherche à traiter un risque et par définition un risque en plus de la composante enjeux ou conséquences a une composante probabiliste !

Il y a donc une partie jeu et incertitude.

Vous pouvez parfaitement décider que de ne pas prendre en compte un risque qui a une chance sur 1 million d'arriver avec des conséquences moyennes. Cette décision légitime n'empêchera pas le risque de devenir un fait avéré.


Conclusion


Il est clair qu'une politique muti-sources ne peut pas se décréter et doit s'étudier au cas par cas.

Votre décision devra donc être prise en fonction des coûts de sécurisation, du délai d'activation de la seconde source pour devenir pleinement opérationnel dans les volumes souhaités et surtout le risque que vous êtes prêt à prendre.

Je suis certain qu'il y a une méthode mais je ne suis pas certain qu'il existe une bonne réponse. En fait, je suis convaincu qu'il n'y a pas de meilleur choix !

En revanche, ne prenez pas la décision seul. Le risque pris doit être accepté collectivement.


38 vues0 commentaire

Comments


bottom of page