top of page
  • Photo du rédacteurAlexandre Blazik

0 Stock une mauvaise idée. Coûts et risques


Une approche rapide du lean nous amène souvent à penser que le 0 stock est une solution à appliquer.

L'objectif du lean étant de supprimer les gaspillages et les tâches sans valeur ajoutée, le 0 stock est vu comme le graal en évitant à différentes étapes du processus de fabrication des entrées et sorties de stock d’articles, de produits finis ou semi-finis.

Pour d'autres, cette vision est vue comme dangereuse car participant à l'augmentation des risques liés aux ruptures.

En fait dans les deux cas, il y a bien souvent une incompréhension et une méconnaissance des notions de stock qui provient de la confusion de ce que sont les différents types de stocks. Il ne devrait pas y avoir d'opposition entre ces deux points de vue.


Commençons par définir les différents stocks :


Le stock stratégique est à réserver aux produits dont l'arrêt d’approvisionnement aurait des conséquences critiques et couvre des événements extérieur à l'entreprise non maîtrisable. Il servira notamment par exemple à couvrir des risques géopolitiques, des risques de pandémie ou des risques de catastrophes naturelles…


Le stock de sécurité est le niveau de stock qui permet de limiter les ruptures d’approvisionnement dues aux aléas impactant tout aussi bien l’offre et la demande(prévisions non conforme à la demande, délai d’approvisionnement plus long que prévu, etc.).


Le stock tampon où stock logistique a quant à lui pour rôle de couvrir les différences de flux entre 2 étapes d'un processus.



Je pense que maintenant vous voyez où je veux en venir avec ces définitions.

Le lean ayant pour but d'éliminer les différentes tâches sans valeur ajoutée et d'éviter les gaspillages, il se focalise en fait sur les processus. Et lorsque l'on parle de 0 stock dans une démarche lean c'est évidemment en faisant référence au stock tampon où stock logistique et certainement pas au stock de sécurité ou au stock stratégique qui sont là pour gérer et faire face à des problèmes exogènes à la société.


Mettre en place une politique 0 stock sans analyser les risques et les conséquences d'un manque et donc tout simplement une bêtise. Sans stock de sécurité vous ne saurez pas faire face aux aléas non prévus concernant les approvisionnements ainsi que ceux concernant la demande.


Et sans stock stratégique vous ne pourrez pas faire face aux événements extérieurs critiques. Et ne croyez pas qu’ils n'arrivent jamais ! Je vous rappelle les inondations en Asie qui ont arrêté les principales usines de semi-conducteurs il y a plus de 15 ans, le tsunami au Japon qui a également touché fortement certaines industries, le COVID qui a rebattu les cartes de la demande au niveau mondial et provoquer un nombre très important d'arrêts de production partout dans le monde, tout récemment la guerre en Ukraine et on peut très facilement imaginez à court terme de nouvelles restrictions d'importation et d'exportation vis-à-vis de la Chine imposées par les États-Unis.


Définir les stocks et non un stock.


Pour calculer ses stocks, il vaut mieux séparer très clairement les 3 typologies de stocks : Tampon, sécurité et stratégiques. Les approches étant différentes, la séparation de ces notions nous aide à y voir clair.


Pour commencer, les stocks tampon sont très faciles à déterminer, car ils sont simplement défini par la quantité nécessaire à mettre à l’interface de deux processus ou étapes pour qu’il n’y ai pas d’arrêt de flux. Il sera donc défini par exemple en fonction de capacité de transport, ou de capacité de traitement de certaines machines.


Pour le stock de sécurité, il pourront soit être défini par un statisticien, ou en appliquant certaines formules de calcul de stock. Ils seront définis uniquement en prenant en compte la variabilité d’évènements (écart type), le taux de service souhaité et le coût. A ce niveau l’arbitrage reste encore simple et est facilement intégrable à une politique achats.


Et pour les stock stratégiques, une fois encore dans cet article, je vais insister sur l'analyse de risque qui est insuffisamment pratiquée dans le monde professionnel. C'est bien en faisant une analyse de risques sérieuse et complète qu'on est capable de définir la mise en place et la quantité de pièces à mettre en stock. Cette analyse de risque doit elle-même être confronté au coût de gestion du risque qui doit être comparé au coût d'opportunité du risque évité. Ces analyses doivent être également vues globalement. Il serait idiot de stocker, pour un même risque donné, des composants pour continuer la fabrication d'un article si on décide de ne pas stocker un autre composant nécessaire à la fabrication de ce même article.

Pour ce dernier cas, ne croyez pas que c'est simple de prendre cette décision ! Comme tout choix multi-critères avec une indétermination forte sur les données d'entrée, il n'y a pas de formule magique.

Le tout une fois encore, c'est de pouvoir prendre les décisions en connaissance de cause après avoir pesé chacun des critères, et que les risques encourus soit acceptés par tous ainsi que les conséquences de ces risques.


Au final, le stock total à mettre en place sera bien la somme des stocks tampon, de sécurité et stratégiques.


Et vous, quelle est votre politique concernant les stocks. Dites-le moi en commentaire.

35 vues0 commentaire
bottom of page